... MAIS ELLE PERDURE, LA FOLIE

photographie: mat jacob

vendredi 11 avril 2014

OK mon pote, c'est entendu.

à Jack Kérouac


10 sept 48
[San Francisco]

 MON JACK;
 Une fois de plus à la bourre - merde, désolé de ne pas réussir à répondre au plus vite. Essaie de me pardonner - pour te prouver que je suis sérieux - il y a des centaines de brochures concernant le "Ranch" que j'ai rassemblées pour toi - un vrai boulot, & trop abstrait & encore trop précoce pour l'instant.
 Toi, Jack, tu es un vrai "Américain pur jus". Tu incarnes (exactement ce que tu m'as dit vouloir un jour) l'essence de l'esprit américain - (comme Balzac ou Voltaire l'essence de l'esprit français) - pour moi. 
 On peut s'écrire & être pleins de contradictions - dire des vérités & des mensonges, avec des hauts et des bas, mon gars - & continuer à espérer que l'autre comprenne - ça me dépasse, à quel point on est insouciants - mais peut-être qu'on est comme ça parce que - c'est notre conception de l'amitié - voilà tout, & alors ? - ou, vois plus loin que ça Jack & - non, mais tu ne vois pas plus loin que ça - & non, ne dis pas que tu me comprends et que cette part de colère (que j'exprime) - est excusable, "parce que c'est un ami" - je t'insulte, Jack - est-ce parce que tu m'intimides (sans le vouloir) ? - Non, nan; je suis Shakespeare - pas toi - tu n'es rien de plus qu'un germe à moitié fécondé de Francis Bacon - toi auteur de prose - tu n'as pas d'âme - t'es un vendu - etc., etc. (je pourrais t'en dire d'autres)
 Allez, Jack, viens te battre, (comme feraient des frères), "en garde" - en place & défends-toi.
 C'est de ça dont j'ai besoin de te part maintenant - (au fait, tu as fait un super, un bon, un fraternel boulot pendant la dernière "période suicidaire" - selon toi) - j'ai bien peur que tu seulement capable de penser en termes de "périodes" - donc tu peux pas t'élever - pour s'élever faut avoir une âme.
 J'ai perdu mon sang-froid - quoi qu'il en soit tu es un garçon gentil et pur - même si tu n'es pas - ce que tu dénies - un Wolfe, - la dernière fois que je t'ai vu Jack - j'ai soupçonné que tu étais un "Wolfe" stérile - proche de moi dans cette stérilité - Mais depuis, tu as prouvé ta virilité & (sans qu'on se voie) tu m'as permis de t'envisager comme un "jeune Faust" - (qui incarne lui-même la stérilité) (etc., etc., etc.)


in Un Truc Très Beau Qui Contient Tout, pp 141/142, Neal Cassady, traduction Fanny Wallendorf,  Finitude   

Aucun commentaire:

Publier un commentaire