... MAIS ELLE PERDURE, LA FOLIE

photographie: mat jacob

mardi 30 avril 2013

trois, douze, merde !


holy motors, entracte, by leos carax (2012)

infinitive - 4

crever la gueule ouverte
passer l'hiver
emmerder son prochain comme soi-même
mourir pour rien
vivre pour à peine moins
sourire encore hier
engendrer le malaise
qui rien tant ne demande
toujours être du bon côté
surtout quand il est mauvais
ressentir rien, et merde !
savoir tout ou presque
prévoir l'ailleurs
boire à peine voire
& connaître la fin, hypothétique
être ainsi, malgré tout...



lundi 29 avril 2013

poptones

... and i'm losing my body heat...

...cassette played poptones...



samedi 27 avril 2013

swinging chaos

essence insane rien ailleurs quelques veines intruses son errance est un...
orchestre rouge sale journée forget me not 
croix de marbre incertaine
swinging chaos en ce regard
haut-le-coeur
merde monstre par-delà l'air de rock
univers stipendié
atome atrophié
l'hématome s'efface en zone d'ombre
et cette odyssée exsangue s'enfonce même, hier & ailleurs... 







lundi 22 avril 2013

exsangue...

et il ne restera rien que quelques traces d'errance nocturne parmi ces générations incertaines , et leur homme bien des fois diffus... la genèse n'existe à peine au loin & ailleurs, quelques grammes d'ici... encore un vertige protéiforme... la fronde en son insolence, tressaillement intense... froide, fine, pointue, technique roide et sans issue, insane... hier dix secondes, ou presque...  valser du bout de l'ongle, l'once d'inélégance est un prisme exsangue...

samedi 20 avril 2013

propagande...

rien va hier même ta sénescence ma peur du vide pollution nocturne & laxe clignement d'oeil est une vie et l'autre révolution insane et mesquine peut-être... rien va... c'est l'esquive la veille et le lendemain cet espace qui vibre est le tien par-delà les solives avec ses tripes écrire ou est-ce le vide félin & incertain... faces livides au clair encore joie de vivre...cette élégance inerte influe aussi cet axe, abandonné hier... propagande passagère, maladresse lasse...

jeudi 18 avril 2013

une ballade américaine

Je l'ai aussi sentie.

La solitude ?

Je l'ai laissée venir.

Par la sensation ?

En cessant de ne pas sentir.

Ca, c'est trop.

Comme mourir ?

Peut-être, ou bien la mort vient après.

Après quoi ?

Après la solitude.

Définis la solitude.

(p.69)



Elle est si haute qu'il faudrait que je saute pour rejoindre le sol. Le couvercle de sécurité, blanc, joue un peu mais ne se dévisse pas. Même assise dessus, je peux voir toutes les pilules, peut-être des placebos, empilées à l'intérieur. Les pilules se reflètent dans une série d'autres bouteilles renversées. Parce que je suis tout en haut, je ne peux voir personne, mais je peux entendre la bande-son: Elle est morte, finie, aucune espèce de rêve ne peut venir à son secours.

(p.82)






extraits de: Si toi aussi tu m'abandonnes (José Corti) Claudia Rankine (traduction: Maïtreyl & Nicolas Pèsquès)

jeudi 11 avril 2013

j'aime pas les gens




désabusion

lacérer l'espace/temps
... déchirure qui rive
éloge du néant
déréliction, certes,  invite...
n'être rien pas même
désabusion
balafre exsangue
au fil du temps, élastique
balade
infâme & ivre...








lundi 8 avril 2013

négatif

savoir rien hier même/bombe pop/en le réel, errance vaine et belle/ailleurs fragment(s) sombre(s) - négatif/l'encre est indélébile quand l'astre autonome/noircis d'espoir, un soupir et le vent/hors la vie, amer interstice/faire la nuit, encore et encore/accorte ainsi la zone d'ombre... substrat indélicat/véhémence/fendre en sa longueur ce qu'il reste de cendres/et rire - jusqu'à l'indifférence/ confluence photogramme flou...

insatiable érotomane...

autoportrait avec un travesti [vers 1940-1950] photographie originale (126 x 225 mm)
surprenant portrait érotique de michel simon avec un travesti. l'aspect provocateur de l'image est renforcé par le fait que les deux protagonistes regardent l'objectif, transformant le spectateur en voyeur. acteur d'origine suisse, michel simon fut un érotomane insatiable. sa collection de livres et d'objets érotiques dispersée après sa mort reste fameuse.
source

savoir se fendre , de quelques baisers tendres...