... MAIS ELLE PERDURE, LA FOLIE

photographie: mat jacob

vendredi 29 juin 2012

the hammer and sickle of antechrist...

.../Juguler à peine
reste de sang éparpillés sur les trottoirs/
je serai fantomatique
il n'y aura pas d'équivoque

strangulation blues, p.166, al dante (clara elliott et/ou sylvain courtoux)

SPK, slogun...


cingle


le chaos n’est rien sans la diligence. d’abandons en crevaisons, malaise. les solitudes sont nombreuses/paraissent versatiles. creuser. en surface alios, au loin hydrolyse. un océan de morve… cingle ! et laisse à l’affût quelque autre matière, grise et insipide. caresse l’errance, à l’approche du vide. source de rien s’égarer toujours. n’attends pas. exaspère. étonne ainsi le monde las. titube encor avarie souveraine. rien n’existe que la plaie… entre cicatrice, désir encor & souvenirs, cette autre perspective… magnétique.

break on through


arms that chain, eyes that lie...

mercredi 20 juin 2012

d'abandons...

ignorance suspecte/indolence blême
je me souviens malgré...
longues secondes incertaines
la vie avant la vie...
je n'ai pas vu la fin.
escapade fragile à l'oraison
malgré la grâce souvenance...
quelques heures hostiles
versatile aversion/nébuleuse scansion...
d'abandons en crevaison - intime.





samedi 16 juin 2012

ce chien, andalou...




le cinéma paraît avoir été inventé pour exprimer la vie du subconscient dont les racines pénètrent si profondément la poësie.

ainsi s'effarent les pixies...

ou se découvre ce chef d'oeuvre... à l'éternité non feinte.







une vie, la vie...

mouvements incertains songes mensongers par-delà ces lumières une ombre propagée afflige l'assistance suspecte nébuleuse à nos portes précaires encore quelque instant éphémère atmosphère l'illusion morbifique & paresseuse n'attend rien que l'exode imaginé peut-être... encore et encore... si le silence est une arme quelle est-elle ? celle qui surprend à l'éveil, ou qui gronde à la nuit ? sweet amanite phalloïde queen...  contingence & équivoque... une vie, la vie...

vendredi 8 juin 2012

encor hier

tant qu'il est là, considérer le néant,
et sa rumeur, à la limite atteinte.
à cet horizon, l'incohérence reste
un principe, enivrant et rétif...

mardi 5 juin 2012

après minuit

strates de temps insanes / superposées à la hâte / après minuit / en circonstances lasses / et désirs incertains / encore quelque cahot / perspective cubique / cette heure clandestine...

vertigo revisited...


... par le grâce d'eva green, que n'aurait pas renié ce brave hitch...