... MAIS ELLE PERDURE, LA FOLIE

photographie: mat jacob

mercredi 30 septembre 2015

Cléo &

Qu'elle est admirable, cette invitation au voyage...

Plus je te lis, plus tu me lies.

Tes méandres coudoyer

Zone d'ombre(s) à découvrir encor

A mes lèvres ton enchère

Une lente oraison

Accorte & exaltante 

Te voir ainsi énergumène

Tes empreintes inscrites

En ma chair enivrée

Toujours j'opinerai...

Toujours

Répondre aux questions que personne ne pose.

mardi 29 septembre 2015

Cruise me...


Deranged...

Marbre(s)

Par-delà caresses métal froid. Cet élan ta distance l'atome. Voir le temps ne suffit pas. Sur le ventre, écarlate, cicatrice lasse. S'égarer certes, par instant. A la nuit, relents de licence amère... Insane cassement en bourrasques menaces. Je te sais fièvre même après l'histoire délicate: caniveau échalas cette seconde tense, à l'extrême fin d'un début d'errance... Ailleurs opère magie délétère ou...  Savoir rien merdre flamme; encore...

Abîme.


Or, quand ton regard pénètre longtemps au fond de l'abîme, l'abîme, lui aussi, pénètre en toi.
(Nietzsche, Par-delà le bien et le mal, extrait de l'aphorisme 146, traduction de l'allemand: Henri Albert, revue par Marc Sautet)

dimanche 27 septembre 2015

32° Celsius

88 degrees  & my armpit hair officialy out of control

samedi 26 septembre 2015

mercredi 23 septembre 2015

Barnum désordre

à la fin du monde qui me repousse, j'affirme:
ta légende est lasse
temps mort indélicat & constant
j'observe ce néant de l'alcôve côtière

ordonner quémander ces quelques seringues
comprendre le temps qu'il ne fait plus

hors la mort sans contrainte: corruption corruption
filon abandonné avant que même

fragment/chaos à l'atmosphère en lustres lents
quand vent(s) contraire(s)

mélange d'alcools bruts & de fumées amères
ici-là

écoute la sentence
en quelque lieu étrange
partout elle te ramène
incrustée en ton oeil/exaltation brumaire

boire ces paroles & cette liqueur étrangère
ivresse encor
de rage pivoter et sur son axe même
besoin de toi(t)
envie de rien déjà beaucoup pêle-mêle

interdites sessions
scansions après scansions un barnum tant désordre


mardi 22 septembre 2015

In it for disorder


Autoportrait au masque, Septembre 2015

Cheville lâche...


Saint-tropez, France, 1978
photographie: Elliot Erwitt

dimanche 20 septembre 2015

Cavalcade

Rien n'existe que l'errance forme d'innocence diffractée au-delà du réel substance lente artificielle encor à distance métaphore ailleurs aussi parmi venelles dancing élan(s) et autres ronces écart palpable à la pénombre ainsi ce spectre décompose un fragment d'incandescence lointain aucune aisance après-demain le silence d'acier intense après les morts fragile cette entreprise révolution(s) alerte blême affliction frimas après la zone cavalcade inhérence limite comme anéanti kyrielle un sursis en cet espace d'ombre la vie après la vie...

Caravane


Fontaine meets Jones...

Merdre


Jacques Vaché Dans le sillage du météore désinvolte: lettres de guerre 1915/1918 (poësie/points) p.153 extrait de la lettre du 04.06.1917 à Théodore Fraenkel

samedi 19 septembre 2015

La société du spectacle - film


Immense accumulation de spectacles...

jeudi 17 septembre 2015

Eden eden

Résistance à l'extime errance longue ou savoir ton nom... Après représailles, marasme indistinct, toujours le sang des autres. Nos errements/cette tristesse. Rien n'existe ailleurs sinon. Révérences insignes. Quand chefs tolèrent aliénation même. Détruire l'entremise amène toujours. Oeil frotté par-delà ce mur, humain.  A la fin de l'errance feue par-delà l'existence ou... Savoir hier, après-demain. Lâche après l'oraison, larmes incertaines; quand sexe humide, inhérence à l'hémistiche même... Parcourt encor, à l'horizon...

mercredi 9 septembre 2015

Horizons

Alcool paradoxe ailleurs élixir là l'errance... Vie(s) parallèle(s) évanescence, ou... Avoir foie quelle stupéfaction encore ici même hier... Voir défonce dénonce merdre. Temps retrouvé par miettes, même... Après les virulences, résistances ou... Fracas auprès tel autre, au-delà de minuit. Boire à l'étreinte énergumène bien après la vie...  Fantôme(s) vertige(s) à la menterie élan. Longtemps encor quelles ruines, otages du béton. Calices à la longue la crypte à la suite. Vivre sans la vie... Ou pire... Voir celle cicatrice sourire... Après l'horizon, cette couleur intestine, encor... Des événements circonvenus par-delà séduire.

mardi 8 septembre 2015

Venus In Furs


rien compris, suis d'accord...


merdre

Portrait de famille...


(Terre: pas même un pixel)

mégarde (stade 3)

explique errance
stade trois
personne sait
rien faire
voir hier
cet élan
conversion
codicille
train fugace
phalanstère
à même encore
état des enfers,
sérac amer
tant zones
lasses d'ombre
infections
& menaces
à l'air libre
fissile
parmi tant
distractions
(d'autres) ministères
mégarde
encore cette alerte.


dimanche 6 septembre 2015

Vertige

Envenime vie Ivresse intestine Latence      Impression(s) d'errance     Phrases amènes quelle distance    Voir à la nuit défigurée quelque instant cette caresse     Limbes de pensée pénultième     Irradie l'oraison à l'horizon de tous les événements libération/lumière vitesses mensongères encor en fuite mourir indu merdre 

vendredi 4 septembre 2015

In Memoriam, D.R.




Ni debout ni assis je ne puis être autrement
Que jaloux - mais mes vers furent longs mon
Doigt quand ton arc est si fort te casserait
Vraisemblablement le pubis " bien qu'aussitôt
chu" tantôt il se propose l'une comme une al-
comme une extennsion d'altercation, tantôt sa
besogne le fait incliner tout contre les inci-
sions en forme de cuisse qu'il a faites dans le
bois. C'est une commande et la seule parmi les
Langues vivantes, celle qui brosse contre les
Degrés qui mènent à la vierges des marins puis au
Blockhaus (casemate on dit ici) et au labyrin-
the au nez à l'ardoise, oviducte recherche en
Tout l'essence infiniment belle qui une fois
Vraiment déployée empêchera que mes libertés
n'aient le produit suivant: je suis derrière
Un mur et depuis l'autre côté on me couvre de
Pierres (lapidation rituelle, cherchez la cy-
priote ou la berbère, feu Lalie) mais c'est
Elle qui meurt atteinte de plus de deux jets.
-----yant jeté des coups d'oeil sur sa nu-
Que étincelante j'osai m'empare (rectifi-
cation: j'osai m'emparer) d'une cloche en
forme de missel ensu. "Rien les pensers, les
Soupirs et les larmes, rien mes discours qu'
On voudrait semer en ces lieux ( en ces lieux
------------ouleur, blâme, échange même de
Textes ou les capitales (CAPITALES, hein) tou-
Jours à yeux de goujon, me suis-je assez fichu
D'elles toutes. Heureuses ou Lunes ou Endymion
Une leçon par jour sur le paratonnerre
Aurait aussi bien fait l'affaire


Denis Roche (21 novembre 1937/2 septembre 2015) Le Mécrit in La Poësie est inadmissible, Seuil, p.478/479

mardi 1 septembre 2015