... MAIS ELLE PERDURE, LA FOLIE

photographie: mat jacob

jeudi 31 janvier 2019

Rien...

Et le vide disparaît quand cet élan s'estompe, épiphanie par-delà métaphore, après une route lasse quelque immanence longue, rien. Encore ligne d'horizon éphémère...  Une insolence seule par-delà ces traces... Eloge insane à la fin de monde, rien. Déconstruire même ces nuits, persévérance, il n'y a plus d'après que ces scansions étonnantes, parmi les ignorances, poste restante, rien. A l'élégance être tenu à la lisière...  Pour encor quelques secondes...

mardi 29 janvier 2019

London Calling




full album, merdre
I live by the river

Salut à toi, Frappat

57

  Ma mère préférait, aux échanges articulés des adultes, la communication instinctive des fous et des enfants. Avec eux elle se sentait plus à l'aise ; à l'abri de l'inévitable malaise qui surgirait dès qu'elle se mettrait à parler.
  Dans son entretien qu'elle nomme article, les fous et les enfants communiquent, à travers l'art brut. Cette forme d'art désarticulée, dépourvue de ruse et d'adresse, lui offre un parler ambigu et sauvage qu'elle comprend sans médiation. "Art obsessionnel démarche personnelle, cachée, secrète et non commerciale". Evoquant l'un de ses représentants , elle l'appelle indifféremment  "Raymond Isidore" ou "Isidore Raymond".
 L'art brut, où s'échangent les noms et les prénoms - cet art sans nom, au bord de l'anonyme, cette forme trop pleine ou trop vide, cette obsession qui abrita du malheurs femmes folles et innocents - inspire à ma mère ses phrases les plus justes, les seules qui soient enfin complètes, et construites. "S'il a fait de l'assiette brisée son matériau de prédilection, c'est qu'il s'y est reconnu. Ce qui inspire Raymond Isidore, ce n'est pas l'assiette, c'est son débris. L'enfant d'un ménage brisé, brisé par la société, il a retrouvé dans cette porcelaine martelée une image de lui et de ses désirs."



Extrait de L'agent de liaison, Hélène Frappat, Allia, p.88

dimanche 27 janvier 2019

Red Eyes & Tears



Evénement(s)

Après l'errance cette engeance... parmi les limbes, lambeaux de peau tel hémisphère... rien à gagner ailleurs qu'un mensonge connu de tous... Ta tombe merdre, perdu le monde résistance. Un oeil après l'ignorance. Savoir la fin est connaître rien. Et à la nuit des molécules à se griser. Encore secondes pour quelques heures... Même en cette ombre, encre déserte, lettre oubliée. Evénement(s).

samedi 26 janvier 2019

Expérience(s)


 Gabrielle Malewski 


 Philippe Booch


Dedalus



Dedalus

 Philippe Bourgoin


Sidney Kapuskar


 Sidney Kapuskar

Paul Von Borax



 Dedalus 


Nell Donovan

Manya Muse, univers univers 

Par-delà l'oeil du photographe, Manya impose sa présence, sans heurt ni entrave, qui ne manque point de s'étendre... Son espace est le nôtre, enfin...

And the maiden soon forgot her fear.





jeudi 24 janvier 2019

In parties


Traverse (Chemin de)

Rien qu'une nuit délétère et subtile... Et cet élan innocent et exquis... Encore un souffle, parmi les vents contraires... A l'instant cette errance, encor après l'espace... Toujours plus, par le fond, ivre à la communion, inédite & lasse. Que coule le vin & cet élastique instant. Corruption la limite après l'an #merdre

dimanche 20 janvier 2019

Pale blue dot


Tostaky, qu'ils disaient... Tout est là, en effet, et même pire, voire... Notre histoire... 
Ecoute le gars Carl Sagan 




mercredi 16 janvier 2019

No tears...


Mors Ultima Ratio

On n'a pas eu l'inclination de mourir vingtenaire (cf: the 27 club), on n'aura pas l'élégance de finir octogénaire (tels Beckett, Bacall, ou Burroughs) on s'en retournera entre deux feux, entre deux mers, entre deux merdres rattrapé par quelque cirrhose hépatique ou autre noeud coulant, abandonné errant et volontaire, ayant d'abord douté de rien, et bien vite de tout... Sinon, on a raté sa vie comme tant, réussite subliminale, siècle prochain ignorance lasse fin du monde... Une échéance: nulle part.
#MorsUltimaRatio

lundi 14 janvier 2019

69









photographies extraites de 69, oeuvre de Mina Maure
confer: Mina Maure

dimanche 13 janvier 2019

samedi 12 janvier 2019

Flash

cogne crâne tremblements suivre l'onde désenchantement. de frissons en abîmes ignorance après les ruines, oxygène errance en l'azote nuire. quelque seconde encor après secousse, trépidation intime, éclair à l'intuition phénomène inhérence limite. scansions inédites par-delà l'atmosphère lasse. voire nuits inédites après l'an chaotique. confusion d'errements au petit jour illusoire. ainsi, l'entendement, une fascination...

samedi 5 janvier 2019

vendredi 4 janvier 2019

Grand entretien

enfin, mon grand entretien:


- ça va ?
- absolument pas, j'expectore depuis trois jours; je voudrais faire de mes miasmes un poëme, avant la septicémie...
- sinon, la politique .
- une histoire de traders dans le poulailler, adieu omelette
- et nos grands hommes, Houellebecq, Finkielkraut, Onfray, Gauchet, Praud, leur influence, au Mexique ?
- aucune.
- comment donc ?
- les mexicains s'intéressent principalement à ce qui se passe au Mexique, voilà tout...
- et le roman ?
- en tant qu'écriture d'une aventure, il est fini depuis bien longtemps, mais en tant qu'aventure d'une écriture, il a encor quelque instant devant lui.
- et le cyclimse ?
- j'erre en les rues, je vois un vélo, je l'enfourche, je remporte le tour de France.
- quel événement !
- quelle crasse connerie, plutôt.
- et l'érotisme ?
- c'est toujours la pornographie des autres...
- plaît-il ?
- les autres, cela reste encor le problème, en ces contrées pour le pire & le pire merdre 
  nombreux après ma mort affirmeront que j'étais libre.


(avec la participation de Benjamin P., Jean R., et Eric C.)