... MAIS ELLE PERDURE, LA FOLIE

photographie: mat jacob

vendredi 26 août 2016

Balivernes...

C'est à l'instant interdit à l'instant interdit Balivernes Bouches sèches Ailleurs inscrit hier Cerveau les Errances à l'hémisphère A l'abandon étrange scansion Savoir l'azur en l'érosion Cette nuit Encor itinérance Désordres horizons Errance même Au-delà tensions heure pour heure, temps pour temps...

Ailleurs...

  Cette tension ne se relâcha pas de toute la nuit. Le lendemain était un dimanche. Il fit une demi-douzaine de visites et, au milieu de la matinée, se rendit chez M.Singer. Dans cette chambre il oublia sa solitude et, lorsqu'il en sortit, il était en paix une fois encore.
  Mais avant qu'il eût franchi le seuil de la maison un incident lui fit perdre cette paix. Comme il descendait les escaliers, un Blanc, chargé d'un grand sac de papier, les montait. Il se rapprocha de la rampe de l'escalier pour lui laisser le passage. Mais le Blanc escaladait les marches deux par deux, sans regarder devant lui, et il heurta le docteur Copeland avec une telle force que ce dernier en eut le souffle coupé.
  " Christ ! Je ne vous avais  pas vu. "
  Le docteur Copeland le regarda en face mais ne répondit pas. Il avait déjà vu ce Blanc. Il se rappelait le corps trapu, brutal et les énormes mains maladroites. Puis, avec un brusque intérêt professionnel il observa le visage de l'homme car, dans ses yeux, il avait discerné le regard étrangement fixe de la folie.
  "Pardon !" dit le Blanc.
  Le docteur posa sa main sur la rampe et passa outre.


Extrait de Le Coeur est un chasseur solitaire, Carson McCullers , p.190, Biblio/Livre de Poche, traduction Marie-Madeleine Fayet

vendredi 19 août 2016

What have I done ?


What have I done ?
 A ceux de la loi travail...

mercredi 17 août 2016

Atlas




Antoine  d'Agata, Liban  




fièvre, énergumène...

Errance en ces temps incertains, évulsion lasse à cette écorce
Savoir celle-ci, en contemplations amènes
Se taire en cet instant, salutaire...
Après l'étreinte extrait hémisphère, nuit debout au passage du jour...
Encor quelque élan à la pénombre crasse.
Perspective impavide, après l'ivresse, balafre séminale
L'extase de l'instant
Pour l'espace d'un moment
Ou pour l'éternité même
Capturée en une seconde de fièvre, énergumène...




lundi 15 août 2016

Diaphragmatique

 J'ai bien reçu cette lettre dans le courrier mais je n'étais pas pressées d'ouvrir l'enveloppe me doutant que la réponse devait être négative, aussi j'ai commencé par faire du ménage et c'est seulement après quand je me suis décidée à la lire que je me suis rendue compte qu'elle ne m'était adressée, on avait dû la mettre par erreur dans ma boîte, d'autant qu'en fait si l'adresse était correcte, à première vue, le nom n'avait rien à voir avec le mien ni avec celui d'ailleurs d'autres locataires du petit immeuble, il m'a semblé, sur le coup, l'entête par contre était celui d'un organisme dont en effet j'attendais des nouvelles bientôt, c'était troublant, indéniablement j'avais reçu cette lettre même si elle ne m'était pas adressée en réalite, soit je la renvoyer à son destinataire dans ce cas elle se perdait probablement, soit je l'ouvrais ce qui ne se fait pas, est incorrest, voire peut-être même illégal, je ne sais pas, en plus la lire ne m'aurait avancé à rien étant donné que l'information qu'elle devait contenir ne me concernait pas, n'avait même aucune chance de concerner qui que ce soit que je connaisse puisque ce nom ne me disait rien, en tous cas la lettre est restée sur la table assez longtemps jusqu'à ce que par inadvertance avec un paquet de prospectus je pense on l'a jeté, ça doit être moi d'ailleurs, donc j'ai continué à attendre pendant pas mal de temps cette décision jusqu'à ce que je prenne mon courage à deux mains et à nouveau m'adresse à cet organisme, en fait il m'avait bien envoyé un décision favorable, en plus, et un courrier qui m'en faisait part, seulement je ne sais pas comment elle n'aurait jamais dû arriver chez moi parce que, dans leur fichier, mon nom n'était pas le bon mais l'adresse correcte, ce qui veut dire que mon facteur est au courant d'un certain nombre de choses un peu intimes me concernant et au travers de l'enveloppe avait vu juste, peut-être en la palpant simplement aussi, et avait donc distribué chez moi à bon port cette lettre.

extrait de Electuaire du discount (le Bleu du Ciel) p.74 Jérôme Mauche 

vendredi 12 août 2016

jeudi 11 août 2016

En la nuit

Ames flinguées une affliction; fin d'histoire nuit d'hier... Cauchemar pour quelque nomade à l'instant. Ivre de vie et d'amertume. Limites du réel, étreintes... Quel encore ? Le futur, ce passé qui se laisse attendre, emmerdre... Rien ne vient que cette apothéose lente, apocalypse-bidon, aversion naguère abandon ores, lassitude parmi les ombres indélébiles... Suicides décalés, symphonie mystique à chier et plus encore... Souvenir d'hier non, vidange, étrons, effort de guère, anodin envahit atmosphère, est-elle quelle, en la nuit ?

mardi 9 août 2016

Strip it down


Kill the sexplayer, Girls Against Boys, 1994